Lycéens et apprentis au cinéma 2019/ 2020



Coordination régionale : Clair obscur - http://www.clairobscur.info/

 

Objectifs

Financé par la Région Bretagne et le Ministère de la culture - DRAC Bretagne, Lycéens et apprentis au cinéma est un dispositif scolaire national qui s'adresse aux élèves des lycées d'enseignement général et professionnel, publics et privés, des lycées agricoles, des maisons familiales et rurales (MFR) et des centres de formation des apprentis (CFA).
Les objectifs de Lycéens et apprentis au cinéma sont d'éveiller à la curiosité du public concerné ; de permettre aux élèves d'acquérir, d'enrichir et de diversifier leur culture cinématographique et de développer leur regard et leur sens critique face à l'image dans toute sa diversité.
Les élèves assistent à une projection par trimestre, au tarif de 2,50 € par séance (gratuit pour les accompagnateurs).
La programmation régionale est choisie par les membres du Comité de pilotage. Les longs métrages sont issus du catalogue national du dispositif, édité par le CNC et élaboré par l’Instance nationale de concertation Lycéens et apprentis au cinéma.


Inscriptions ici
Avant le 24 septembre

--------------------------------------------------------------------------------------------- 

1er trimestre

Film unique

Le cinéma d’animation sera le fil rouge de la programmation 2019-2020 : un long métrage obligatoire pour tous au 1er trimestre et des courts métrages en avant-programme proposés en partenariat avec Zoom Bretagne / Bretagne tous courts, pour une découverte de la richesse du cinéma d’animation en région Bretagne. La programmation annuelle de long métrage met en scène des personnages pris dans une situation inédite ou un réseau de relations qui questionnent leur identité. Les cinq longs métrages proposés donnent occasion aux lycéens et apprentis de se confronter à l’altérité dans toute sa complexité.

La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit

Belgique / France / Japon, 2016, 1h20, animation, sans dialogues





Une nuit d’orage, un homme échoue sur une île. Il commence par l’explorer pour trouver comment survivre. Il se fabrique un radeau et tente de partir, mais son embarcation est percutée par une force mystérieuse venue du fond de la mer.
La mise en scène de Michael Dudok de Wit tend à l’épure : un projet esthétique qui suppose une parfaite cohérence de la forme et du fond. C’est à l’aune de cette exigence que l’oeuvre s’offre comme un miroir à la surface duquel se reflètent les émotions profondes qui jalonnent la vie d’un homme et que le spectateur y projette.
Xavier Kawa-Topor, rédacteur du Dossier pédagogique



---------------------------------------------------------------------------------------------------------- 

2e trimestre

Un film au choix

Daratt - Saison sèche de Mahamat-Saleh Haroun


Autriche / Belgique / France / Tchad, 1h35, 2006, vostf
Avec Ali Bacha Barkaï, Youssouf Djaoro



Tchad, 2006. Le gouvernement a accordé l’amnistie à tous les criminels de guerre. À quinze ans, Atim part à la recherche de celui qui a tué son père bien avant sa naissance. Il arrive à N’djaména, la capitale du Tchad et mène son enquête pour retrouver Abdallah Nassara, l’assassin… Ce dernier est un homme d’une soixantaine d’années, respectable et respecté. Il est patron d’une petite boulangerie dans laquelle Atim arrive à se faire embaucher comme apprenti
Aujourd’hui l’un des rares cinéastes africains à bénéficier d’une reconnaissance internationale, après l’obtention de plusieurs récompenses prestigieuses, Mahamat-Saleh Haroun a tourné ses quatre longs métrages au Tchad, tous traversés par la question de l’héritage. Sensible à l’esthétique du cinéma muet, ses mises en scène sont dépouillées et suggestives, sensibles à la place des personnages dans le monde et à leur regard, moteur de tout apprentissage.
Amélie Dubois, rédactrice Fiche élève


Fatima de Philippe Faucon

France, 2015, 1h19
Avec Soria Zeroual, Zita Hanrot, Kenza Noah Aïch, Chawki Amari





Fatima vit seule avec ses deux filles : Souad, 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille comme femme de ménage. Elle décide d’écrire en arabe ce qu’il ne lui a pas été possible de dire jusque-là en français à ses filles.
Les deux filles de Fatima sont nées en France, parlent parfaitement le français, s’habillent et vivent à l’occidentale. Le fossé générationnel se double d’un écart culturel. Avec autant de limpidité dans le récit que de simplicité dans le filmage, Philippe Faucon saisit tous les tâtonnements, glissements, conflits, incompréhensions, stratégies qui mijotent au sein d’une cellule familiale et qui sont ici autant de façon de construire ou de reconstruire son identité.
Serge Kaganski, Les Inrocks



--------------------------------------------------------------------------------------------------- 

3e trimestre

M le maudit de Fritz Lang

Allemagne, 1931, 1h57, vostf
avec Peter Lorre, Ellen Widmann, Inge Landgut





Toute la presse ne parle que de ça : le maniaque tueur d’enfants, qui terrorise la ville depuis quelques temps, vient de faire une nouvelle victime. Chargé de l’enquête, le commissaire Lohmann multiplie les rafles dans les bas-fonds. Gênée par toute cette agitation la pègre décide de retrouver elle-même le criminel : elle charge les mendiants et les clochards de surveiller chaque coin de rue…
On trouve toujours, au centre des intrigues de Fritz Lang, quels que soient les époques et les genres, une interrogation sur la justice et la culpabilité ainsi qu’une critique de l’asservissement. Le cinéaste dit que ceux de ses films qu’il préfère sont ceux qui comportent une dimension de critique sociale. M le maudit fait partie de ceux-là. Mireille Kentzinger, rédactrice Fiche élève


Sans toit ni loi d'Agnès Varda

France, 1995, 1h45
avec Sandrine Bonnaire, Macha Méril, Yolande Moreau






Mona, une jeune fille errante est trouvée morte de froid : c’est un fait d’hiver. Était-ce une mort naturelle ? Que pouvait-on savoir d’elle et comment ont réagi ceux qui ont croisé sa route ? C’est le sujet de Sans toit ni loi. Peut-on faire le portrait d’une fille difficile à saisir et dont toute l’attitude est refus ? La caméra s’attache à Mona, racontant les deux derniers mois de son errance. Elle traîne. Installe sa tente près d’un garage ou d’un cimetière. Elle marche jusqu’au bout de ses forces.
Agnès Varda a parcouru les routes du Sud de la France pour écrire Sans toit ni loi. Plus que des repérages, cette errance à la recherche de faits, d’idées et de décors lui a permis de rencontrer des personnes qui sont devenues des personnages. La réalisatrice a aussi pensé un moment faire jouer Mona par une vraie routarde mais c’est finalement un mélange étroit d’acteurs et de non-acteurs qui caractérise le film.
Cyril Béghin, rédacteur Fiche élève

------------------------------------------------------------------------------------------------------ 

Formations

Inscrites au Plan Académique de Formation (PAF)

Les journées de formations sont inscrites au Plan Académique de Formation :
  • Prévisionnement des films programmés :
Projections et analyses filmiques par des professionnels du cinéma.
Dates : les 16, 17 et 18 oct. 2019.
Quatre salles partenaires sur la région (une par département, lieux précisés ultérieurement). Les prévisionnements permettent aux enseignants de découvrir les films et préparer leur travail dans des conditions optimales.

  • Formation thématique accompagnée par des professionnels du cinéma :
9 et 10 avril 2020, au Ciné Manivel à Redon. Consultez ultérieurement le site de Clair Obscur.


Documents pédagogiques

Des livrets papier enseignants et des fiches élèves, édités pour chaque film, vous seront distribués.
Rédigés par des spécialistes du cinéma (Capricci), ces documents nationaux accompagnent le travail sur les oeuvres proposées. Vous pouvez retrouver l'intégralité des documents pédagogiques nationaux sur le site du CNC et sur le site Transmettrelecinema.com.

Le site internet de Clair Obscur proposera un espace dédié avec des contenus et des ressources pédagogiques.
Un groupe Facebook permet également à la coordination et aux enseignants d’échanger sur leurs pratiques autour des films et d’être tenus informés de l’actualité
du dispositif.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire