mercredi 13 juin 2018

A l'affiche !




3 VISAGES
de Jafar Panahi (Iran - 2018 - 1h40) 
Avec 
Behnaz Jafari, Jafar Panahi...
Le film est présenté en compétition au Festival de Cannes 2018
Une célèbre actrice iranienne reçoit la troublante vidéo d’une jeune fille implorant son aide pour échapper à sa famille conservatrice... Elle demande alors à son ami, le réalisateur Jafar Panahi, de l’aider à comprendre s’il s’agit d’une manipulation. Ensemble, ils prennent la route en direction du village de la jeune fille, dans les montagnes reculées du Nord-Ouest où les traditions ancestrales continuent de dicter la vie locale.
Panahi se désintéresse du film-choc pour lui préférer une chronique pittoresque dont la gravité des constats (...) se pare de fantaisie (...). Critikat





GUEULE D'ANGE
de Vanessa Filho (France - 2018 - 1h48) 
Avec 
Marion Cotillard, Alban Lenoir...Le film est présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2018
Une jeune femme vit seule avec sa fille de huit ans. Une nuit, après une rencontre en boîte de nuit, la mère décide de partir, laissant son enfant livrée à elle-même.
Emaillé d'échappées poétiques comme autant de bouffées d'oxygène, "Gueule d'ange" est un film à la fois émouvant et inconfortable, creusant un sujet généralement réduit à un fait divers dans les journaux d'actualités, quand une mère est arrêtée pour mauvais traitements. L'Express







L'HOMME QUI TYUA DON QUICHOTTE
de  Terry Gilliam (Europe -1996 - 2h12) 
Avec Jonathan Pryce, Adam Driver...
Toby, un jeune réalisateur de pub cynique et désabusé, se retrouve pris au piège des folles illusions d’un vieux cordonnier espagnol convaincu d’être Don Quichotte. Embarqué dans une folle aventure de plus en plus surréaliste, Toby se retrouve confronté aux conséquences tragiques d’un film qu’il a réalisé au temps de sa jeunesse idéaliste: ce film d’étudiant adapté de Cervantès a changé pour toujours les rêves et les espoirs de tout un petit village espagnol. Toby saura-t-il se racheter et retrouver un peu d’humanité? Don Quichotte survivra-t-il à sa folie? Ou l’amour triomphera-t-il de tout?
L’Homme qui tua Don Quichotte vibre d’une énergie, d’un plaisir de faire du cinéma communicatifs. Le Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire