mercredi 8 mars 2017

Cette semaine !


LOVING
de Jeff Nichols (USA - 2017 - 2h03) 
Avec Joel Edgerton....
Mildred et Richard Loving s'aiment et décident de se marier. Rien de plus naturel – sauf qu'il est blanc et qu'elle est noire dans l'Amérique ségrégationniste de 1958. L'État de Virginie où les Loving ont décidé de s'installer les poursuit en justice : le couple est condamné à une peine de prison, avec suspension de la sentence à condition qu'il quitte l'État. Considérant qu'il s'agit d'une violation de leurs droits civiques, Richard et Mildred portent leur affaire devant les tribunaux. Ils iront jusqu'à la Cour Suprême qui, en 1967, casse la décision de la Virginie. Désormais, l'arrêt "Loving v. Virginia" symbolise le droit de s'aimer pour tous, sans aucune distinction d'origine.

Soirée spéciale dans le cadre du festival "L'Autre c'est toi c'est moi" le jeudi 9 mars à 20h30 - Tarif réduit pour tous



PORCO ROSSO
de Hayao Miyazaki (Japon - 1995 - 1h33) 
Animation

Dans l'entre-deux-guerres quelque part en Italie, le pilote Marco, aventurier solitaire, vit dans le repaire qu'il a établi sur une ile déserte de l'Adriatique. A bord de son splendide hydravion rouge, il vient en aide aux personnes en difficulté. 
Avec un réalisme et un sens du détail époustouflants, Miyazaki multiplie les combats aériens drolatiques et spectaculaires, avant de conclure sur un homérique pugilat à mains nues. Positif
Séance "cinémadifférence" le samedi 11 mars à 15h30
TOUS PUBLICS
, adaptés pour les personnes dont le handicap peut entraîner des troubles du comportement.
Présence de bénévoles. Information de l’ensemble du public. Son modéré. Lumière éteinte progressivement. Absence de publicité et de bandes annonces.

www.cinemadifference.com 




REPARER LES VIVANTS
de Katell Quillévéré (France - 2016 - 1h43) 
Avec Anne Dorval, Emmanuelle Seigner...
Tout commence au petit jour dans une mer déchaînée avec trois jeunes surfeurs. Quelques heures plus tard, sur le chemin du retour, c’est l’accident. Désormais suspendue aux machines dans un hôpital du Havre, la vie de Simon n’est plus qu’un leurre. Au même moment, à Paris, une femme attend la greffe providentielle qui pourra prolonger sa vie…
À travers un don d’organe et une transplantation cardiaque, c’est tout un questionnement métaphysique qui opère et qui, porté par des images justes, nous installe, ébranlés, à la frontière du trivial et du sacré. Bande à part
Repassage !




 
PATERSON 
de Jim Jarmuch (USA - 2016 - 1h58)  

Avec Adam Driver.... 
Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes, de William Carlos Williams à Allen Ginsberg, aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas… 
Jim Jarmush, touché par la grâce, signe un film d'une délicatesse bienveillante, un petit miracle de poésie.  Le Figaro
Repassage !



 
 
MERCI PATRON ! 
de François Ruffin (France - 2016 - 1h24)
Documentaire
Pour Jocelyne et Serge Klur, rien ne va plus : leur usine fabriquait des costumes Kenzo (Groupe LVMH), à Poix-du-Nord, près de Valenciennes, mais elle a été délocalisée en Pologne. Voilà le couple au chômage, criblé de dettes, risquant désormais de perdre sa maison. C'est alors que François Ruffin, fondateur du journal Fakir, frappe à leur porte. Il est confiant : il va les sauver. Entouré d'un inspecteur des impôts belge, d'une bonne soeur rouge, de la déléguée CGT, et d'ex-vendeurs à la Samaritaine, il ira porter le cas Klur à l'assemblée générale de LVMH, bien décidé à toucher le coeur de son PDG, Bernard Arnault. Mais ces David frondeurs pourront-ils l'emporter contre un Goliath milliardaire ? Du suspense, de l'émotion, et de la franche rigolade. Nos pieds nickelés picards réussiront-ils à duper le premier groupe de luxe au monde, et l'homme le plus riche de France ? 

Plaisantin plutôt que pleurnichard, fort d’une mise en scène bout de ficelle et facétieuse avec ses séquences en caméra cachée, ce documentaire en forme de satire sociale et clownesque n’y va pas de main morte. Le journal du dimanche
Repassage ! 
 













































Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire