mercredi 23 novembre 2016

Cette semaine !




LA FILLE DE BREST
de Emmanuelle Bercot (France - 2016 - 2h03) 
Avec Sidse Babett Knudsen, Benoit Magimel...
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs 
Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d'un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.






MADEMOISELLE
de Park Chan Wook (Corée du sud - 2016 - 1h55) 
Avec Kim Min Hee...
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Corée. Années 30, pendant la colonisation japonaise. Une jeune femme (Sookee) est engagée comme servante d’une riche japonaise (Hideko), vivant recluse dans un immense manoir sous la coupe d’un oncle tyrannique. Mais Sookee a un secret. Avec l’aide d’un escroc se faisant passer pour un comte japonais, ils ont d’autres plans pour Hideko…

"Mademoiselle", conte ludique, parfois dérangeant mais d’une beauté à couper le souffle est un délice aussi sexy qu’intelligent. On se régale de bout en bout devant le travail totalement abouti d’un très grand metteur en scène. 20minutes
 



VOICI LE TEMPS DES ASSASSINS
de Julien Duvivier  (France - 1956 - 1h53)
Avec Jean Gabin, Danièle Delorme...
À Paris, André Chatelin, un restaurateur au grand cœur, voit débarquer la fille de sa première épouse qu'il n'a pas vue depuis des années. La jeune femme se prénomme Catherine et déclare que depuis la mort de sa mère à Marseille elle n'a nulle part où aller. Bientôt, la jeune fille tente d'évincer Gérard, un sympathique étudiant sans le sou qu'André considère comme son fils. Ce n'est que le début de son projet machiavélique…
 
Julien Duvivier signe ici l'un de ses chef-d’œuvre et son film le plus lyriquement noir. Mais ce sera, après Marianne de ma jeunesse, une nouvelle fronde de la presse, souvent d'une grande virulence. En se laissant aller à ses plus noirs démons, Duvivier nourrit ses détracteurs, perd les quelques défenseurs qu'il lui restait encore et il faudra à Voici le temps des assassins des années avant qu'il ne soit réhabilité. DVDClassik
Ciné club le mardi 29 novembre à 20h30


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire